PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL: L’immense retard des entreprises algériennes

39116abLa maîtrise des risques professionnels est un enjeu primordial dans le cadre de la gestion des ressources humaines. «Seulement dix-huit entreprises algériennes ont intégré dans leur système le plan de prévention des risques professionnels et de sécurité au travail», a indiqué Tayeb Louh, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale lors d’une conférence tenue à l’occasion de la célébration de la 5e Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, au siége du ministère. Etant aujourd’hui un enjeu fondamental dans la gestion des ressources humaines, la maîtrise des risques professionnels doit être intégrée dans le programme des entreprises pour assurer des conditions de travail optimales. Mais le nombre communiqué des entreprises appliquant ce plan semble dérisoire, d’où l’importance de cette journée commémorative inscrite sous le thème santé et vie au travail: un droit humain fondamental. «Amener les employés à adhérer à cette politique de prévention est l’objectif de cette journée d’étude», a souligné Mme Bourkaïb, directrice de la formation, de l’information et de la documentation à l’Institut national de la prévention des risques professionnels(Inprp). Aussi, l’ensemble des participants tels que le secrétaire général de l’Ugta, des représentants de l’Inprp et de la Cnas sont unanimes au fait qu’améliorer les conditions de travail par des solutions techniques, organisationnelles et humaines permettrait de maîtriser les accidents de travail et les maladie professionnelles. L’aspect opérationnel désigne le règlement intérieur et les consignes quant aux solutions humaines, cela passe par la formation et la communication, et pour le volet technique cela concerne la maintenance de machine. Dans ce

contexte, il faut savoir que le coût des accidents du travail représente un manque à gagner assez conséquent et dont les dépenses sont engagées en grande partie par la sécurité sociale pour réparer les dommages subis par l’accidenté tel que les soins médicaux et les frais d’hospitalisation. L’entreprise supporte également les charges indirectement comme la perte de production et la perte de temps pour la formation du remplaçant, un ensemble de facteurs qui font que mettre une stratégie de prévention est vital, et ce en appliquant des mesures de protection collective à travers un arsenal d’instructions et réglementations spécifiques. D’ailleurs, l’Algérie en tant que membre du Bureau international du travail(BIT) a mis en place une politique nationale de prévention des risques professionnels avec la signature de quatre conventions internationales dont deux sont relatives à la prévention des risques professionnels. Parmi les axes principaux de cette politique figure la création de l’Institut national de la prévention des risques professionnels (Inprp).Cette institution à pour but d’apporter de par son expertise le diagnostic de sécurité par l’évaluation des risques et l’analyse des accidents de travail, avec un appui réglementaire. Selon Mme Bourkaïb, «On peut considérer que le bilan est positif quant à la diminution des risques professionnels au niveau des entreprises mais il y a toujours du recyclage à faire dans ce domaine.» Toutefois, actuellement il est nécessaire de «communiquer l’information au sujet des accidents du travail dont l’objectif est de sensibiliser les employeurs sur leurs obligations afin de préserver la sécurité et la santé des employés». D’autre part, il a été constaté d’après l’étude de l’Institut national de la prévention des risques professionnels que les secteurs d’activité à haut risque sont entre autres l’entreprise portuaire et le secteur de la métallurgie et de la mécanique. L'Expression du 29.04.2009

TOP

THEME OPTIONS

Header type:
Theme Colors:
Color suggestions *
THEME
* May not have full accuracy!