Sante-et-securite-au-travail-quelle-formation-quels-beneficiaires-quel-objetLes secteurs d’activités où l’on enregistre le plus d’accidents du travail et de maladies professionnelles sont l’interprofessionnel, le bâtiment et les travaux publics et la métallurgie, a indiqué Mme Saïda Iles, directrice de l’Institut national de prévention des risques professionnels (INPRP). Intervenant, hier, sur les ondes de la Chaîne lll de la Radio nationale, Mme Iles a indiqué, citant des chiffres des services de médecine du travail des centres hospitalo-universitaires (CHU), que la prévalence dans la branche interprofessionnelle est de 25% d’accidents du travail et de 35 % de maladies professionnelles, suivie par celle du BTPH et la métallurgie avec 12 % d’accidents du travail et 23 % de maladies professionnelles. Les branches des transports et de la manutention enregistrent elles aussi un grand nombre de victimes. Mme Iles n’a toutefois pas indiqué le nombre de personnes victimes d’accidents du travail ou de maladies professionnelles. Affirmant que l’Algérie a mis en place un arsenal juridique assez « étoffé », elle note que de nombreuses entreprises ne respectent pas la législation. « Ce qui pose problème, ajoute-t-elle, est le respect du cadre législatif. L’employeur n’est pas censé méconnaître la loi. Il est obligé de respecter cet arsenal juridique afin de réduire le nombre d’accidents du travail et de maladies professionnelles. Tous les employeurs doivent avoir des services de travail, des commissions d’hygiène et de sécurité. » La directrice de l’INPRP soutient que « l’Inspection du travail intervient pour faire

accident-travailLa stratégie mise en place en matière de sécurité au travail demeure tributaire de la mobilisation des différents acteurs.

Près de 900 victimes des risques professionnels sont à déplorer chaque année. Le chiffre a été avancé par le service de la prévention des risques professionnels à la direction générale de la Caisse nationale d’assurances sociales (Cnas), rapporte l’APS. Une rencontre sur ce thème a été organisée à Hassi Messaoud à l’initiative de l’Institut national de la prévention des risques professionnels (Inprp).

M.Mezaâche Mohamed, responsable de service à la Cnas, a indiqué que près de 8000 travailleurs sont atteints d’infirmités corporelles et classés invalides de longue durée, et près de 50.000 accidents de travail sont relevés chaque année dans le monde du travail.

Le volume d’indemnisation et de prise en charge médicale des victimes de risques professionnels a été évalué, en 2006, à plus de 10,6 milliards de dinars, avant de mettre l’accent sur l’amélioration des voies et méthodes de prévention des risques en vue d’épargner les vies humaines en milieu professionnel, en premier lieu, et d’atténuer les coûts de prise en charge. La directrice de l’Inprp, Mme Ilès Farida, a souligné par ailleurs que l’investissement dans le domaine de la prévention est garant de la protection des personnels des risques professionnels.

Selon cette responsable, l’Algérie a, depuis 1962, mis au point une stratégie en matière de sécurité et de santé au travail qui demeure tributaire de la mobilisation des différents acteurs dans la protection et la prévention de la santé des employés. Dans

timthumbPrès de 200 travailleurs meurent chaque année à travers la capitale

La Journée mondiale de la prévention des accidents du travail sera célébrée aujourd’hui à Alger comme dans d’autres capitales du monde.

Pour cela plusieurs manifestations seront organisées à travers la capitale, notamment par l’Institut national de la prévention des accidents du travail (INPRP) pour sensibiliser les citoyens sur l’ampleur des pertes humaines suite à des accidents du travail. Ainsi, l’Algérie enregistre chaque année une moyenne de 700 décès, selon une source proche de la CNAS. Parmi ces décès, prés de 200 sont recensés au niveau de la capitale.

Toujours selon cette source, ces chiffres n’indiquent malheureusement pas la réalité de la situation dans la capitale étant donné que beaucoup de travailleurs exercent aujourd’hui au noir, c’est ce qui rend la tâche plus difficile. Ces statistiques ne reflétent pas le taux exact des accidents du travail.

Par ailleurs, plus de la moitié de ces pertes humaines a été recensée notamment dans le secteur du bâtiment, suite à des chutes en hauteur, électrocution, etc. La ville d’Alger où l’activité bâtiment est très intense a enregistré, à elle seule, prés d’une centaine d’accidents du travail mortels depuis l’année dernière jusqu’au premier trimestre de cette année.

Parmi ces personnes, beaucoup sont de nationalité chinoise, une main-d’œuvre mobilisée, rappelons-le, surtout dans le secteur de l’habitat, notamment sur les chantiers de l’AADL et autres grands projets.

Par ailleurs, la maladie professionnelle est la deuxième cause des accidents du travail. En effet, une cinquantaine de travailleurs décèdent chaque année, en service, suite à des attaques cardiaques. D’autre part, le stress est reconnu comme facteur ayant provoqué des accidents du travail plus ou moins graves, quand on sait qu’un tiers des travailleurs algériens en sont atteints.

TOP

THEME OPTIONS

Header type:
Theme Colors:
Color suggestions *
THEME
* May not have full accuracy!